RSS

“Zadig” de François Marie Arouet (Voltaire)

08 Jun

VoltaireNotre dernière séance a été pour Zadig de François Marie Arouet, dit Voltaire, né  en 1694 à Paris et mort  en 1778. Son ombre plane sur le XVIIIème siècle. Philosophe, auteur dramatique, poète, historien, polémiste hors pair, Voltaire incarne «L’esprit français» de cette époque. Son talent d’écriture lui permit de parcourir presque tous les genres: la comédie, la tragédie, le pamphlet, le journalisme, le conte philosophique (Candide ou Zadig), l’ouvrage historique, le discours, la critique littéraire… Humaniste convaincu, il lutta pour la défense des droits de l’homme et contre le fanatisme religieux, la superstition, l’injustice et la corruption.

Zadig inaugure la tradition du conte philosophique, c’est une satire de l’inconstance dangereuse des pouvoirs, c’est un roman d’apprentissage et c’est aussi un conte oriental à la manière du XVIIIe siècle où la fantaisie est utilisée pour exprimer des idées philosophiques, en particulier la question de la Providence et du Bonheur. Zadig exprime les interrogations personnelles de Voltaire, tout en révélant son esprit philosophique.

ZadigZadig (le «Véridique» en arabe) est juste et équitable, il est ouvert aux sciences mais il éprouve la trahison, la jalousie, l’esclavage, le dogmatisme religieux et la connaissance intellectuelle lui attire des problèmes. Zadig est  le fil conducteur de l’action qui se déroule dans un cadre exotique indéterminé, à Babylone, en Perse, en Egypte,… et au long du voyage un tas de péripéties picaresques et d’épisodes symboliques lui arrivent. L’objectif est  chercher la vérité et le bonheur et au chapitre VI, on lit  «son principal talent était de démêler la vérité, que tous les hommes cherchent à obscurcir». Zadig donne l’occasion à Voltaire d’employer l’ironie et la parodie et d’opposer la raison aux ombres du surnaturel dans un  conte, mais, un conte philosophique.

Lire ou relire Zadig de Voltaire apporte encore des éclairages sur notre actualité qui malheureusement ne relève pas toujours du conte.  Croyez-vous qu’il faudrait conseiller de le lire à beaucoup de nos politiques?

                                                                                       Mª Ángeles Lumbierres

Anuncios
 

Etiquetas: ,

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

 
A %d blogueros les gusta esto: