RSS

“Une mort très douce” de Simone de Beauvoir

23 Mar

Simone de BeauvoirNotre dernière séance a été pour Simone de Beauvoir et son livre Une Mort très douce. Simone de Beauvoir  (1908 -1986), une grande femme connue par son fort engagement féministe depuis la publication en 1949 de l’essai philosophique Le deuxième sexe  où elle disait : «On ne naît  pas femme: on le devient» et qui a consacré sa vie à la philosophie (elle obtient son agrégation de philosophie en 1929),  aux lettres et à l’écriture. Autant dans ses romans que dans ses essais elle présente son engagement pour le communisme, l’athéisme, l’existentialisme et  la défense des femmes. Simone de Beauvoir fut, sans  doute,  l’une des femmes les plus influentes de son siècle.

Une mort très douce est un récit très personnel: la mort de sa mère Françoise de Beauvoir. Dans ce modeste récit de 160 pages rédigé à l’âge de 54 ans, elle confesse avec une sincérité désarmante cette incompréhension soudaine face à cette mort qui capture les êtres aimés.  De ce drame personnel, drame universel, Simone de Beauvoir, l’écrivaine, la philosophe, donne le meilleur d’elle-même (selon la critique du Monde de l’époque). Et aussi, pour Sartre, ce fut le meilleur écrit de Simone de Beauvoir.

Libros disponibles en las bibliotecas municipales de Huesca

Le récit est mené froidement, objectivement, comme de l’extérieur; il s’agit presque d’un rapport. Mais, derrière cette apparente insensibilité, on sent toute la douleur contenue. Face à cette mort soudaine, Simone de Beauvoir parle comme une écrivaine et analyse comme une philosophe. Une Mort très douce est souvent qualifiée de récit, mais il est aussi autobiographique que philosophique. Il y a dans ces pages sincères et émouvantes, tout un pan de la philosophie de l’auteur. Outre la mort d’un être cher, elle s’octroie quelques passages fort intéressants sur les médiocres conditions de travail du personnel soignant, l’arrogance et la course à la réussite des médecins, sans négliger cette fatale question toujours d’actualité: l’euthanasie.

Un sujet difficile qu’une formidable écriture, une belle philosophie et une grande dignité transforment en une très agréable lecture et on peut dire que presque tous, nous avons aimé ce bouquin où l´essentiel  est dans la manière de dire, pleine de pudeur, de sensibilité et d’analyse psychologique; et on éprouve  une grande émotion face à la fin inexorable d´une mère. Un témoignage saisissant. Un livre à lire absolument.

                Mª Ángeles Lumbierres

Anuncios
 
1 comentario

Publicado por en 23 marzo, 2015 en Club de Lectura en Francés

 

Etiquetas: ,

Una respuesta a ““Une mort très douce” de Simone de Beauvoir

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

 
A %d blogueros les gusta esto: