RSS

“Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran” d’Eric Emmanuel Schmitt

19 Jun

Eric-Emmanuel SchmittEt voilà, nous sommes arrivés à la dernière séance de cette année avant les vacances d’été. Cette fois-ci on a mis en commun Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran d’Eric Emmanuel Schmitt. Ce conte rapporte l’histoire de Momo, un adolescent de 11 ans, à la fois mal aimé de son père et abandonné par sa mère. Difficile dans ces conditions de construire son estime de soi. Et pourtant, Momo va y parvenir grâce à Mr. Ibrahim, l’épicier arabe du coin qui fera office de père et d’éducateur. En outre, le livre est très court (66 pages). Mais, la brièveté est recherchée par Eric Emmanuel Schmitt qui a déclaré : «Dans mes livres, je tente de dire le minimum nécessaire, jamais plus. Je déteste les écrivains qui se répandent sur la page comme si elle leur appartenait…».

Monsieur IbrahimMonsieur Ibrahim et les fleurs du Coran est une histoire toute simple mais qui contient des thèmes tels que: l´amitié, la tolérance, la réconciliation,  la religion; même si la religion n’est pas le thème principal de cette nouvelle, elle joue un rôle très important dans l’histoire. Momo est juif, Ibrahim est musulmanimprégné de sagesse soufie, et lui, il  sera pour Momo un initiateur et un guide sur le chemin de la vie. Il lui apprend les leçons de la vie ainsi que le comportement avec les autres. Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran fait partie du Cycle de l’Invisible d’Éric-Emmanuel Schmitt qui regroupe six romans (voir notre blog de janvier). Chacun de ces romans met en scène un jeune garçon qui fait la rencontre d’un adulte qui changera sa vie en lui montrant que la spiritualité et la volonté peuvent désamorcer la fatalité, que la méditation peut triompher sur la force, en faisant prévaloir l’essentiel sur l’accessoire, l’amour sur l’égoïsme.

Que dire de plus de cette nouvelle sur le passage initiatique de l’enfance à l’âge adulte qui nous offre une réflexion, un peu simpliste et pas originale mais  à la fois éternelle et cohérente sur l’amour, la joie de vivre et la tolérance. Rien, sinon que le film sorti en 2003 a été  récompensé par l’oscar au meilleur comédien, décerné à Omar Sharif.

Et pour finir, on profite de ce conseil: «Le sourire, Momo, ce n’est pas un truc pour les gens heureux: c’est sourire qui rend heureux!» Voilà la sagesse de Mr. Ibrahim dans cette courte réplique. Donc,

Bon été pour tous et, surtout, n’oubliez pas de sourire!

Mª Ángeles Lumbierres

Anuncios
 

Etiquetas: ,

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

 
A %d blogueros les gusta esto: