RSS

“Le Malade Imaginaire” de Molière

18 Dic

maladeLa dernière session de 2013 est arrivée et quel bonheur a été de relire et de mettre en commun une pièce de Jean-Baptiste Poquelin, Molière, qui, en plus, est et demeure rafraîchissante, drôle et caustique. Le Malade Imaginaire est une pièce représentée pour la première fois en 1673, et elle est la dernière comédie écrite par Molière. Œuvre en trois actes mêlant musique et danses, elle relate les mésaventures d’un couple empêché de s’unir car le père de la jeune fille, Argan, hypochondriaque, souhaite la voir épouser un médecin.

Cette comédie permet à Molière de se moquer des mœurs et des caractères de la société de l’époque.  Le Malade Imaginaire est  une critique à la médecine en générale avec tous ses charlatans qui se font passer pour des médecins mais ne peuvent pas guérir. C’est aussi une ridiculisation de la (grande) bourgeoisie et de la noblesse qui – en ayant plein de temps – se faisaient des soucis de la moindre affection. Contrairement à la population qui se souciait de l’alimentation journalière. Et voilà que la personne la plus attachante, selon tous les participants du club de lecture, est un personnage secondaire, Toinette. Cette servante, toujours gaie et tendre, est une femme généreuse et surtout malicieuse. Taquine, elle se moque sans cesse des maladies de son maître, qu’elle ne prend pas du tout au sérieux. Un autre aspect intéressant de cette pièce est la soumission totale d’Argan aux médecins. C’est en effet risible de constater à quel point il prend tout au sérieux (le nombre de gouttes pour un élixir, la manière de se déplacer dans sa chambre…). Enfin, le comique de situation (les quiproquos, les rencontres inattendues et les supercheries) constitue un autre intérêt de cette pièce qui nous permet aussi de voir la vision de Molière, à travers ses personnages, sur le monde et les traditions de l’époque.

On a aimé découvrir un rire étonnant et  comique qui, en dépassant de loin la satire, cherche, au-delà du malheur, le bonheur d’un monde renouvelé. On voit que la modernité de Molière ne s’exprime pas seulement dans la dénonciation mais aussi par la volonté de mettre toutes les techniques au service du théâtre afin d’en faire un art véritablement populaire. Pour tous ces motifs il reste, sans doute, l’auteur le plus révolutionnaire du théâtre français. Molière est assurément l’un des auteurs qui ont suscité le plus de commentaires, chez les Français et hors de France.

Tout en lui, génie, talent, habileté, a été inspiré par une passion unique, celle de la vérité. Molière est tellement grand, qu’on est toujours frappé d’étonnement lorsqu’on le relit. C’est un homme complet. Nous apprécions et nous aimons  Molière. Il faut le lire tous les ans. Lisez-le et vous rirez et jouirez de son esprit délicat et de son génie dramatique.

Mª Ángeles Lumbierres

Anuncios
 
Deja un comentario

Publicado por en 18 diciembre, 2013 en Club de Lectura en Francés

 

Etiquetas:

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

 
A %d blogueros les gusta esto: